Joyeuse Journée internationale des femmes ingénieurs ! Rencontre avec Florence, ingénieur dans le Nucléaire.

23 Jun 2022

Nous avons rencontré l'une de nos femmes ingénieurs, Florence, ingénieur en conception de cœur et combustible nucléaire. Nous lui avons posé quelques questions sur son travail et sa carrière et quels étaient ses conseils pour travailler dans l'ingénierie nucléaire.

Florence est ingénieur au sein du département Core and Fuel Studies de Global Nuclear. Son département s'occupe de tout ce qui concerne le cœur du réacteur, comme les calculs neutroniques, le suivi quotidien et les plans de chargement de l'uranium. Plus précisément, elle assiste ses collègues responsables des unités nucléaires de Tihange 1 et Tihange 2 en Belgique.


Florence, quelle est ta formation et comment t’es-tu retrouvée dans le secteur du nucléaire ?

J'ai décidé d'étudier la physique à l'université parce que je pensais qu'il valait mieux choisir une matière difficile pour que le reste de ma vie paraisse plus simple en comparaison. Et c'était aussi très intéressant de suivre des cours qui tentaient en quelque sorte d'expliquer et de comprendre l'univers.

J'ai fini par étudier et travailler dans le secteur nucléaire par hasard. Lorsqu’on réalise la complexité de la technologie nucléaire, on se demande comment elle peut fonctionner et on veut la comprendre. On développe ainsi du respect pour ces ingénieurs et ouvriers qui, il y a 40 ans, sans ordinateurs, ont construit ces réacteurs. On a donc naturellement envie de faire perdurer cet héritage.


Pourquoi as-tu rejoint Tractebel ?

L'Université Libre de Bruxelles, l'ULB, était très proche d'Electrabel et de Tractebel et c’était une bonne poule pondeuse d’ingénieurs pour Tractebel. Nous avions donc tous entendu parler de Tractebel en tant qu'étudiants.
Tractebel était le bon "match" pour un ingénieur physicien pour débuter dans l'industrie nucléaire belge. En fait, quand on veut travailler dans l'industrie nucléaire en Belgique, le choix est limité étant donné que c'est un petit pays. De plus, un bureau d'études correspondait le mieux à ma personnalité et à ma formation. J'ai donc rejoint Tractebel en 2018.

Que fais-tu exactement ?

Le job que je fais est assez unique tout simplement parce qu’on est les seuls à faire ce job en Belgique. C’est un job « niche ». J'ai eu la chance d'atterrir dans le département qui correspondait le mieux à mon master à l'ULB (ingénieur physicien, génie nucléaire).

Mon travail quotidien consiste à surveiller le cycle de la centrale : surveiller son fonctionnement quotidien (est-ce que mon réacteur va bien ? pas de problème, tout roule ?), faire des études stratégiques pour la gestion de l’uranium, préparer le cycle suivant, mener des investigations lorsqu’un problème est signalé… En bref, cela implique beaucoup de rapports et de calculs.

Je dirais que le département « Core and fuel studies » est le plus « geek » de Tractebel. Je m’y sens bien. Mes collègues sont des puits de savoir, ils sont très compétents dans leurs domaines, même si la physique nucléaire et la neutronique sont très complexes. Par conséquent, il faut environ deux ans de formation pour commencer à comprendre ce qui s’y passe. C'est ce niveau de complexité qui est intéressant et stimulant.
C’est d’ailleurs ce qu’il me plait le plus: mes collègues. Car ce sont des experts de pointe, dont je peux apprendre tous les jours. J’adore également la science et finaliser une note technique résultant d’un travail de plusieurs mois, parce que ça fait du bien. 

Quelles sont les choses les plus compliquées dans ton travail ?

Le plus difficile est d'être attentif en permanence, garder alerte son esprit critique et de ne pas être paresseux lorsqu'il s'agit de comprendre (oui, il y a des jours où vous n'avez tout simplement pas envie). Dans l'industrie nucléaire, les erreurs ne sont pas permises, on doit impérativement maintenir le plus haut niveau de qualité. Il est encore plus difficile d'être parfait quand on dispose d'un temps limité, car il faut faire les bons choix à chaque fois.


L'énergie nucléaire est assez controversée. Selon toi, quels sont les avantages de l'énergie nucléaire ?

L'énergie nucléaire est évidemment faible en carbone et est une énergie de base. Cela signifie qu'elle n'est pas intermittente comme l'énergie éolienne ou solaire qui ne peut pas produire d'électricité lorsque le soleil ne brille pas ou que le vent ne souffle pas. C'est ce qui la rend attrayante à l'heure actuelle. D'un point de vue scientifique, l'énergie nucléaire est une science de pointe.

Personnellement, je pense que la combinaison de l'efficacité et des économies d'énergie, des énergies renouvelables et du nucléaire, associée à beaucoup de recherche scientifique, est la stratégie gagnante.

 

Curieux de connaître nos opportunités d'ingénierie dans le domaine du nucléaire ? Cliquez ici pour voir nos offres d'emploi actuelles.

 

Actualités liées

1652962726700x480_IMG_20220519_WA0014

Works begin on India’s first state-of-the-art river ferry terminal

The Chief Minister of Assam laid the foundation stone for the new ferry terminal, which will provide passengers a safe and pleasant experience as of 2024. Our experts are...

Trouver plus
06 Jul 2022
BANNER_WEBSITE_5

Rencontre avec Dries Bourgeois, expert en modélisation de la mobilité.

Garder une vue d'ensemble, tester tous les scénarios possibles, réduire les risques d'échec et les coûts. Tels sont les avantages de la modélisation en mobilité ! Dries nous...

Trouver plus
01 Jul 2022
Rio_Sao_Francisco

Pipeline to end decades of water shortages for over 400,000 people in Brazil

Water rationing will finally...

Trouver plus
27 Jun 2022
1_MEI_picture_Upper_Terminal_Reference_picture_1

What's the eco-friendly way to move people over rough terrain? With cable cars!

Up steep hills, over frozen lakes and even above traffic jams – people are gliding effortlessly over tough spots in cable cars. We hopped in one with Rahul...

Trouver plus
22 Jun 2022